Réduction du gaspillage alimentaire par les citoyens

Saviez-vous qu’en encourageant vos citoyens à réduire le gaspillage alimentaire, vous pourriez avoir d’importantes retombées économiques, autant dans les poches de vos citoyens que pour votre budget municipal?

Apprenez-en plus sur cette avenue peu coûteuse qui peut vous apporter de nombreux bénéfices.

Qu’est-ce que le gaspillage alimentaire?

Le saviez-vous?Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e plus gros producteur de GES, après la Chine et les États-Unis (FAO, 2012).

Le gaspillage alimentaire se définit par toute partie comestible d’un aliment destiné à la consommation humaine qui est détournée, dégradée, perdue ou jetée à n’importe quelle étape du système bioalimentaire, incluant celles de la récupération et redistribution alimentaire et des consommateurs.

Au Québec, 41 % de la nourriture est rejetée au long de la chaîne alimentaire, de la terre (ou mer) à la table, pour un total de 3,1 millions de tonnes. Une part de cette énorme quantité (61 %) est constituée des parties non comestibles des aliments comme les os et les coquilles d’œufs.

Toutefois, on évalue que 39 % des résidus alimentaires, soit 1,2 million de tonnes la quantité d’aliments comestibles perdus ou gaspillés, soit d’aliments qui auraient dû être mangés ou donnés (ex. : à des banques alimentaires) plutôt que rejetés (RECYC-QUÉBEC, 2022).

Une part importante de ce gaspillage a lieu dans nos maisons. Eh oui! Les ménages canadiens gaspillent en moyenne 140 kg de nourriture par année.

Agrandir

Pourquoi s’en soucier?

Toute cette nourriture jetée a des impacts significatifs sur l’économie et l’environnement. En plus d’occasionner une utilisation inadéquate de nos ressources, les pertes et le gaspillage alimentaires génèrent des émissions de gaz à effet de serre (GES) qui contribuent aux changements climatiques.

Au Québec, le gaspillage alimentaire de l’ensemble du système bioalimentaire génère 3,6 millions de tonnes d’émissions de GES, soit l’équivalent de 4 % des émissions totales de la province. C’est davantage que les émissions combinées des secteurs du transport maritime, aérien et ferroviaire au Québec.

Les aliments causent des émissions de GES qui s’accumulent au fil des étapes de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Puisque la majorité des émissions de GES des aliments consommés au Québec est associée à leur production (67 % des émissions des aliments), il est toujours préférable de consommer les aliments plutôt que de les mettre au compost ou de les jeter.

Agrandir

Le gaspillage alimentaire représente quelle part des résidus alimentaires?

Selon une étude du Waste and Resources Action Program (WRAP) au Royaume-Uni (WRAP, 2018 – en anglais), on évalue à 70 % la part du gaspillage alimentaire dans les résidus alimentaires des ménages.

Toujours selon cette étude :

  • 70 % des résidus alimentaires des ménages sont des aliments comestibles gaspillés qui auraient pu être mangés plutôt que jetés.
  • 30 % des résidus alimentaires sont des parties non comestibles des aliments (généralement non consommées par les citoyens du Royaume-Uni), comme les os, les noyaux, la pelure d’ananas, etc.) et devraient se retrouver dans le bac brun ou dans les déchets.

À l’échelle canadienne, le phénomène serait de même ampleur. On estime que 63 % des résidus alimentaires des ménages sont des aliments gaspillés (J’aime manger, pas gaspiller, 2022). Cela veut dire qu’une importante quantité de résidus alimentaires est collectée et gérée par la municipalité alors qu’elle pourrait être réduite à la source.

Agrandir

Un impact financier pour votre municipalité

Chaque kilogramme de nourriture qui se retrouve dans le bac brun ou dans les déchets a un coût direct pour votre municipalité. Ce coût comprend la collecte et les frais de gestion de la matière, que ce soit pour le compostage, la biométhanisation ou pour son élimination.

Si cette nourriture se retrouve à la poubelle, vous risquez en plus de recevoir un montant moins élevé lors de la redistribution des redevances régulières à l’élimination. Depuis 2018, cette subvention dépend à 100 % de votre performance territoriale. La performance de votre municipalité est évaluée en fonction des quantités de matières résiduelles éliminées par habitant.

Ainsi, plus la quantité de matières résiduelles éliminées par habitant est grande dans votre municipalité, moins vous serez considérée comme performante, et moins la subvention versée sera élevée. Une autre bonne raison de passer à l’action!

Un impact financier pour vos citoyens

L’inflation du coût des aliments a largement dépassé l’inflation générale au cours des 20 dernières années au Canada. Une facture d’épicerie typique a grimpé de 170 % entre 2000 et 2020 et le prix de toutes les catégories d’aliments pourrait augmenter jusqu’à 7 % en 2022 (Dalhousie University et al., 2022). Le Conseil national zéro déchet estime que les ménages canadiens gaspillent environ 140 kg de nourriture annuellement, ce qui représente une valeur de 1 300 $ (CNZD, 2022).

En accompagnant vos citoyens dans la lutte au gaspillage alimentaire, vous les aiderez à garder plus d’argent dans leurs poches!

Comment passer à l’action?

Documentez

Afin de voir d’où vous partez, mais surtout pour suivre l’impact de vos efforts, mesurez le gaspillage alimentaire de vos citoyens.

Basez-vous sur le Food Loss and Waste Accounting and Reporting Standard (en anglais) pour utiliser une approche méthodologique élaborée par un comité d’experts internationaux, dont l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et le Waste and Resources Action Program (WRAP).

Communiquez avec vos citoyens

Encouragez vos citoyens à modifier leurs comportements pour réduire le gaspillage alimentaire avec la campagne J’aime manger, pas gaspiller.

RECYC-QUÉBEC est partenaire de la campagne J’aime manger, pas gaspiller (JMPG) qui repose sur une dizaine d’années d’études sur les meilleures approches pour faire évoluer les comportements. Les messages clés de cette campagne invitent à réduire le gaspillage alimentaire de 3 façons : mieux planifier, bien conserver et maximiser ses aliments.

Grâce à ce partenariat, RECYC-QUÉBEC peut offrir aux municipalités du Québec une base solide pour passer à l’action :

  • Guide de conservation des aliments intégré dans l’application Ça va où?
  • Collaboration à la diffusion d’une infolettre mensuelle pour la campagne JMPG
  • Diffusion régulière de publications sur la réduction du gaspillage alimentaire sur les médias sociaux de RECYC-QUÉBEC

Pour profiter de ces actions déjà en place, RECYC-QUÉBEC vous invite à d’utiliser gratuitement la trousse à outils de la campagne J’aime manger, pas gaspiller. Vous aurez alors accès à du matériel clé en main qu’il vous suffira de relayer sur vos médias sociaux (images et suggestions de textes). Il ne vous suffira que de choisir les contenus qui vous conviennent le mieux!

Téléchargez gratuitement la trousse à outils

Vous trouverez dans cette trousse gratuite les outils nécessaires pour sensibiliser vos citoyens et leur donner des conseils utiles pour réduire le gaspillage alimentaire, par exemple :

  • Des visuels et des messages pour les réseaux sociaux
  • Des visuels pour l’impression d’affiches et de dépliants
  • Des visuels pour l’impression de panneaux d’affichage
  • Des documents de référence
  • Des statistiques pertinentes

Ces outils et documents doivent être utilisés tels quels. Si vous avez des questions ou souhaitez ajouter votre logo aux différents visuels offerts, communiquez avec nous : info@recyc-quebec.gouv.qc.ca.

Téléchargez la trousse à outils en suivant ce lien.

Vous souhaitez aller plus loin?

Si vous souhaitez aller encore plus loin et créer votre propre contenu sous la bannière J’aime manger, pas gaspiller, n’hésitez pas à communiquer avec l’équipe du Conseil national zéro déchet!

Investir pour économiser

Fait intéressant : les retombées économiques de la campagne J’aime manger, pas gaspiller ont été évaluées à Londres et pour chaque 1 $ investi dans la campagne, 8 $ ont été économisés en frais de gestion des déchets. Lorsqu’on inclut en plus les économies réalisées par les citoyens, ce ratio passait à 92 $ économisés pour chaque 1 $ investi. (Champions 12.3, 2017 – en anglais)

Accompagnez vos ICI

Il y a fort à parier que plusieurs organisations sur votre territoire travaillent déjà à réduire le gaspillage et à lutter contre l’insécurité alimentaire. Il s’agit souvent de projets de récupération d’invendus, de glanage dans les champs, de cuisines de transformation alimentaire, de redistribution aux populations vulnérables ou de frigos communautaires.

Dans un premier temps, invitez ces organisations à vous brosser un portrait de la situation et à exposer leurs besoins. Elles pourront vous aider à identifier les priorités de votre région, que ce soit le déploiement d’un nouveau projet, la consolidation d’actions en place ou la croissance d’un projet existant.

Cela vous permettra ensuite de cibler le rôle que peut jouer votre municipalité pour l’essor ou le maintien de ces initiatives, tout en favorisant une concertation régionale forte.

Un investissement payant

Fait intéressant : une étude a évalué le retour sur investissement des efforts pour réduire le gaspillage et les pertes alimentaires de près de 700 compagnies, réparties sur 1 200 sites dans 17 pays. Il en ressort que le ratio médian coût-bénéfice est de 1:14, c’est-à-dire que pour chaque 1 $ investi dans la réduction du gaspillage et des pertes alimentaires, 14 $ sont économisés par l’entreprise. Un retour sur investissement de 1 300 %! (Champions12.3, 2017 – en anglais).

Accompagnez vos ICI en les aidant à évaluer les causes des pertes et du gaspillage alimentaire dans leurs installations. Basez-vous sur l’approche du Food Loss & Waste Protocol (en anglais) pour y arriver ou suivez le Guide pratique – Pourquoi et comment mesurer la perte et le gaspillage d’aliments? publié par la Commission de coopération environnementale (CCE).

Et pour les aider à développer un plan d’action afin d’améliorer leur gestion des matières résiduelles et bénéficier de l’accompagnement des professionnels de RECYC-QUÉBEC, incitez vos ICI à participer à notre programme ICI on recycle+.