Prévenir les pertes et le gaspillage alimentaires

Saviez-vous qu’en prévenant les pertes et le gaspillage alimentaires (PGA), vous pourriez obtenir d’importantes retombées économiques?

Apprenez-en plus sur cette avenue peu coûteuse qui peut vous apporter de nombreux bénéfices.

Qu’est-ce que les pertes et le gaspillage alimentaires?

Le gaspillage alimentaire se définit par toute partie comestible des aliments destinée à la consommation humaine qui en est détournée, dégradée, perdue ou jetée, à n’importe quelle étape du système bioalimentaire, incluant celles de la récupération et redistribution alimentaire et chez les consommateurs.

Les résidus alimentaires incluent des aliments comestibles perdus ou gaspillés et leurs parties non comestibles associées :

  • Les aliments comestibles perdus ou gaspillés, ou le gaspillage alimentaire, comprennent les surplus, les restes de table, les aliments avariés et les aliments dont la date de conservation est dépassée.
  • Les parties non comestibles associées comprennent les os d’animaux, la paille de blé et des pelures non comestibles de fruits et légumes.

Au Québec, 41 % de la nourriture est rejetée au long de la chaîne alimentaire, de la terre (ou mer) à la table, pour un total de 3,1 millions de tonnes. Une part de cette énorme quantité (61 %) est constituée des parties non comestibles associées aux aliments comme les os et les coquilles d’œufs.

Toutefois, on évalue que 39 % des résidus alimentaires, soit 1,2 million de tonnes, sont des aliments qui auraient dû être mangés ou donnés (ex. : à des banques alimentaires) plutôt que rejetés. Cela représente 3,6 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre (GES), soit l’équivalent de 4 % des émissions totales de la province, ce qui correspond à plus que les émissions combinées des secteurs du transport maritime, aérien et ferroviaire au Québec.

Pourquoi éviter le gaspillage alimentaire?

Le saviez-vous?Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e plus gros émetteur de GES, après la Chine et les États-Unis.

Le gaspillage alimentaire est un enjeu planétaire important. En chiffres :

  • 1/3 de la nourriture produite dans le monde est perdue ou jetée, équivalant à environ 1,3 milliard de tonnes par an
  • La nourriture produite mais non consommée occupe inutilement près de 1,4 milliard d’hectares de terres, ce qui correspond à la superficie du Canada et de l’Inde réunis
  • La production de toute cette nourriture perdue ou jetée requiert environ 1/4 de toute l’eau utilisée en agriculture chaque année

En plus d’occasionner une utilisation inadéquate de nos ressources, les pertes et le gaspillage alimentaires génèrent des émissions de GES qui contribuent aux changements climatiques. En effet, les aliments causent des émissions de GES qui s’accumulent au fils des étapes de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Puisque la majorité des émissions de GES des aliments consommés au Québec, soit 67 %, est associée à leur production, il est toujours préférable de consommer les aliments plutôt que de mettre au compost ou de les jeter.

Agrandir

Tous les aliments ne génèrent pas les mêmes quantités d’émissions de GES. Par exemple, bien que la viande et la volaille représentent 13 % des quantités d’aliments perdus ou gaspillés au Québec, cette catégorie équivaut à 59 % des émissions de GES de l’ensemble des aliments perdus ou gaspillés.

Agrandir

Importance d’agir en amont

La mise en place de stratégies qui priorisent la hiérarchie des 3R permet d’obtenir les plus grandes réductions d’émissions de GES et d’optimiser les ressources dans une perspective d’économie circulaire. Au sein des entreprises, cela se traduit par la mise en place de programmes d’amélioration continue basés sur des données mesurées pour :

  1. Optimiser les opérations et réduire à la source
  2. Favoriser le don de surplus d’aliments comestibles
  3. Créer de nouveaux produits alimentaires à partir d’aliments perdus ou gaspillés et de parties non comestibles

Non seulement ces stratégies permettent les meilleurs gains environnementaux, mais elles favorisent aussi des retombées économiques positives. Tout le monde y gagne!

Agrandir

Mesurer les pertes et le gaspillage alimentaires

Un programme d’amélioration continue efficace doit reposer sur des données mesurées afin de bien évaluer les quantités ainsi que les causes et les contextes menant aux pertes et gaspillage.

De telles données permettent de prioriser les actions, de mesurer le progrès dans le temps et d’en calculer les impacts économiques, environnementaux et sociaux.

L’une des approches mise de l’avant pour réduire les pertes et le gaspillage alimentaires (PGA) consiste à cibler, mesurer et agir (Champions 12.3, 2019 – en anglais) :

  1. Cibler : Se donner une cible de réduction à atteindre dans un temps donné
  2. Mesurer : Quantifier les PGA afin d’identifier des opportunités d’amélioration et de mesurer le progrès dans le temps
  3. Agir : Mettre en place des actions visant à réduire les PGA

Outils disponibles

Plusieurs outils sont disponibles afin de vous guider dans la mesure de vos PGA.

La Commission de coopération environnementale (CCE) a publié le Guide pratique : Pourquoi et comment mesurer la perte et le gaspillage d’aliments, qui propose un plan en 7 étapes pour aider les entreprises nord-américaines œuvrant en alimentation à mesurer les PGA. Basés sur des études de cas réels, plusieurs exemples concrets se retrouvent dans le guide afin d’illustrer les différentes étapes.

Rendez-vous sur la page Pourquoi et comment mesurer la PGA de leur site Web pour plus d’information.

Voici d’autres outils pour vous aider :

Un investissement payant

Fait intéressant : une étude a évalué le retour sur investissement des efforts pour réduire le gaspillage et les pertes alimentaires de près de 700 compagnies, réparties sur 1 200 sites dans 17 pays.

Bien que les résultats varient en fonction des divers secteurs d’activité, il en ressort que le ratio médian coût-bénéfice est de 1:14, c’est-à-dire que pour chaque 1 $ investi dans la réduction du gaspillage et des pertes alimentaires, 14 $ sont économisés par l’entreprise. (Champions12.3, 2017 – en anglais).

Des applications mobiles pour éviter les pertes et le gaspillage alimentaires

Plusieurs entreprises offrent aux magasins d’alimentation et aux restaurants de vendre des aliments en rabais sur leur plateforme afin de lutter contre les pertes et le gaspillage alimentaires. Les consommateurs bénéficient alors d’aliments sains, et ce, à petit prix!

Découvrez leur plateforme :

Flashfood
FoodHero
Foody Savior
Sauvegarde
Too Good To Go

À noter que cette liste n’est pas exhaustive et a été établie sur une base volontaire. Pour ajouter le nom de votre organisation ou apporter une correction à la liste, veuillez nous écrire à l’adresse : mo@recyc-quebec.gouv.qc.ca.

Cette liste a un dessein exclusivement informatif. De fait, RECYC-QUÉBEC conserve une position neutre et impartiale quant aux renseignements y étant contenus. RECYC-QUÉBEC ne porte aucun jugement, positif ou négatif, eu égard aux entreprises y étant mentionnées. Le fait que le nom d’une entreprise y soit inclus ne doit pas s’interpréter comme étant une recommandation de RECYC-QUÉBEC à son endroit. Inversement, l’absence d’une entreprise ne doit pas être interprétée négativement. RECYC‑QUÉBEC se dégage de toute responsabilité quant aux services offerts par ces entreprises