Appel de propositions visant la lutte au gaspillage alimentaire

Le système bioalimentaire mondial a d’importants impacts environnementaux, entre autres sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), l’usage des terres et les réserves en eau. Or, près du quart des émissions de GES du système bioalimentaires sont issues d’aliments perdus ou gaspillés. Les stratégies de prévention telles que la réduction à la source et le réemploi peuvent servir à prévenir et atténuer ces impacts négatifs.

Voilà ce que nous souhaitons encourager avec cet appel de propositions.

La période de dépôt des propositions est maintenant terminée. Merci à tous ceux qui ont soumis un projet!

Description

L’appel de propositions a pour objectif principal de prévenir ou de réduire le gaspillage d’aliments afin de maintenir ces aliments dans les circuits pour l’alimentation humaine. Les projets soutenus devront concerner des matières principalement générées au Québec et viser au moins une des deux approches suivantes de prévention du gaspillage alimentaire :

  • Réduction à la source : Initiatives pour réduire les quantités générées de surplus, pertes ou gaspillage alimentaires d’aliments initialement destinés à l’alimentation humaine, à toute étape du système bioalimentaire
  • Réemploi : Initiatives visant à ce que les surplus, les pertes, le gaspillage ou les résidus alimentaires générés soient maintenus dans les circuits pour l’alimentation humaine directement (ex. : dons) ou suivant une étape de transformation (ex. : déshydratation, broyage)

En plus de répondre à l’objectif principal, les projets doivent impérativement pouvoir mesurer une quantité d’aliments dont le gaspillage a été évité ou une quantité d’aliments qui a été rendue disponible pour l’alimentation humaine alors qu’elle en aurait autrement été détournée, dégradée, perdue ou jetée.

Les projets correspondant aux opérations courantes déjà en place du demandeur ne sont pas admissibles.

Consultez le Cadre normatif (PDF, 2.3 Mo) pour connaître tous les détails.

Attestation obligatoire au programme ICI on recycle +

Tous les demandeurs d’aide financière doivent être attestés à notre programme de reconnaissance ICI on recycle +.

C’est ce qu’on appelle une écocondition et c’est un des livrables permettant de recevoir le versement final de l’aide financière pour votre projet.

Pour connaitre la marche à suivre afin de vous inscrire au programme, visitez notre page à cet effet : Obtenir l’attestation ICI on recycle + pour les demandeurs d’aide financière.

Projets acceptés

Voici les projets acceptés à ce jour :

  • Bouffe-Action de Rosemont (189 881 $) : Réalisation de la phase 2 du Pôle logistique alimentaire et nutrition (PLAN) visant à élargir le réseau de collaborateurs, à récupérer de plus grandes quantités et à transformer des aliments
  • Coop Boomerang (342 005 $) : Création de produits à valeur ajoutée à partir de sous-produits alimentaires
  • Coopérative Radish (324 700 $) : Déploiement d’une solution de gestion d’inventaire intelligente et intégrée à la réalité des restaurants
  • Les Aliments O’Sole Mio (500 000 $) : Amélioration des équipements et de la programmation des lignes de production
  • Les Banques alimentaires du Québec (106 458 $) : Lancement d’un programme de récupération de produits alimentaires surgelés autrement destinés à l’enfouissement
  • Marché SecondLife (379 710 $) : Augmentation des capacités actuelles (plus de fournisseurs et de produits, plus de capacité d’entreposage, plus de clients et de demandes)
  • Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean (84 481 $) : Conditionnement d’aliments pour permettre leur redistribution
  • OLICAI (56 295 $) : Réduction à la source grâce à une meilleure prédiction de la demande
  • Pépinière Boucher (408 435 $) : Transformation de l’ail déclassé de sa production et des producteurs environnants en ail haché ou en purée
  • Solidarité citoyenne Portneuf (90 627 $) : Augmentation des capacités de récupération, de transport, d’entreposage, de transformation et de redistribution alimentaire de Portneuf
  • Toujours Bon inc. (414 511 $) : Transformation de sous-produits pour leur commercialisation en farine et dans des produits prêts-à-consommer
  • Université Laval (90 676 $) : Mise en place de menus écoefficients dans les services alimentaires et redistribution des surplus