Implantation d’une nouvelle installation de compostage ou de biométhanisation sur votre territoire

Votre municipalité n’a pas accès à un lieu existant de traitement à un coût ou à une distance de transport raisonnable? L’implantation d’une nouvelle installation de compostage ou de biométhanisation sur votre territoire représente alors une solution intéressante. Ce scénario de gestion consiste à amorcer et à coordonner la construction et l’opération d’un nouveau lieu de traitement des matières organiques récupérées par la collecte municipale.

Découvrez dans cette page les 3 étapes à suivre pour mener à bien votre projet d’implantation d’une nouvelle installation de traitement.

Étape 1 : Effectuer une étude de faisabilité du projet

Le saviez-vous?Le Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage (PTMOBC) offre aux municipalités un soutien financier pour l’implantation d’une nouvelle installation de traitement.

Pour les municipalités, implanter une nouvelle installation de traitement nécessite une étude de faisabilité complète qui inclut les 3 critères suivants :

  • Économiques
  • Environnementaux
  • Sociaux

Les coûts de construction et d’opération d’une telle installation dépendent de plusieurs facteurs :

  • Type de technologie retenu
  • Contexte entourant le lieu d’implantation
  • Disponibilité de ressources déjà en place

Pour plus d’information à ce sujet, visitez la page du Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage (PTMOBC).

Étape 2 : Sélectionner l’approche de traitement

2 approches de traitement des matières organiques s’offrent aux municipalités qui désirent implanter une nouvelle installation sur leur territoire :

  • Le compostage à aire ouverte
  • Le compostage en système fermé ou la biométhanisation

Installation de compostage à aire ouverte

L’implantation d’une installation de compostage à aire ouverte est une solution qui peut s’avérer à la fois simple et économique. Cette option convient aux municipalités qui prévoient traiter une quantité de matières organiques inférieure ou égale à 10 000 tonnes par an.

Pour connaître les critères à considérer avant d’implanter une telle installation, consultez notre page Implantation d’une nouvelle installation de compostage à aire ouverte.

Installation de compostage en système fermé ou de biométhanisation

Dans les milieux urbains où le compostage à aire ouverte peut être plus difficile à implanter, le compostage en système fermé ou la biométhanisation sont des approches à privilégier. Ces procédés ont le grand avantage de contenir les odeurs générées par le traitement.

Lisez notre page Implantation d’une nouvelle installation de compostage en système fermé ou de biométhanisation pour en apprendre davantage sur cette solution.

 

Étape 3 : Choisir le mode de gestion de l’installation

Pour assurer la gestion d’une nouvelle installation de traitement, les municipalités ont le choix entre 2 solutions :

  • Le modèle entièrement public
  • La participation de l’entreprise privée

Modèle de gestion entièrement public

La gestion d’une installation peut être entièrement prise en charge par une municipalité ou un regroupement municipal. Ce modèle public impliquera les droits de propriété et d’exploitation. Pour mener à bien ce projet, l’organisation municipale devra acquérir les connaissances essentielles sur :

  • Les opérations de traitement et de conditionnement
  • Les utilisations du compost issu des matières organiques

Avantages du modèle public

Le modèle de gestion entièrement public d’une nouvelle installation présente plusieurs avantages :

  • Les gestionnaires bénéficient du soutien d’experts-conseils et acquièrent les connaissances nécessaires en s’impliquant dans les opérations au fil des ans jusqu’à l’atteinte d’une autonomie.
  • Le regroupement municipal permet aux petites municipalités de bénéficier d’économies d’échelle, notamment en ce qui concerne la gestion.
  • Le maintien de l’exploitation par un organisme municipal peut favoriser l’acceptabilité sociale et faciliter l’intégration d’activités connexes, comme un lieu d’enfouissement.

Participation de l’entreprise privée

Pour opérer le nouveau lieu de traitement, les municipalités peuvent faire participer, en tout ou en partie, des entreprises privées spécialisées dans le secteur du compostage ou d’activités connexes. En plus de profiter de l’expertise déjà en place, les municipalités pourront impliquer les entreprises partenaires dans une forme de propriété publique sur :

  • Le terrain
  • Les infrastructures de base
  • L’ensemble des équipements

Partenariat public-privé

Une association entre les gestionnaires municipaux et une entreprise privée peut s’avérer un choix judicieux lorsque la collaboration est un objectif partagé et que les rôles et contributions de chacun sont clairement définis. Une période d’apprentissage et d’adaptation sera d’ailleurs nécessaire au bon fonctionnement d’un tel partenariat.

Pour s’assurer du succès de cette solution de gestion, les municipalités devront évaluer certaines conditions :

  • L’intérêt et l’expertise des entreprises existantes dans la région
  • La faisabilité d’impliquer ces entreprises pour un transfert de savoir-faire
  • La possibilité d’obtenir des coûts de compostage comparables au prix du marché et acceptables pour les citoyens desservis

Gestion entièrement privée

Cette option peut s’avérer intéressante lorsqu’une entreprise détient déjà un site potentiel et qu’elle œuvre à des activités connexes. Elle convient aussi lorsqu’une entreprise souhaite prendre en charge la totalité des aspects reliés au site de traitement, incluant la mise en valeur du compost ou du digestat, selon le cas.