Guide pour les options de collecte

Plusieurs options s’offrent aux municipalités en ce qui concerne la collecte des matières organiques triées à la source.

Retrouvez les différents scénarios possibles pour les résidus organiques et inspirez-vous de nos conseils pour guider votre choix de collecte.

La collecte par apport volontaire

La collecte peut s’organiser selon un principe d’apport volontaire des citoyens, et parfois des entreprises, à un lieu de dépôt temporaire ou permanent, tel un écocentre ou un site de compostage communautaire.

La récupération par apport volontaire est habituellement utilisée en combinaison avec la collecte en porte à porte des résidus verts, pour limiter le nombre de collectes durant les pointes saisonnières, comme les feuilles et les branches à l’automne.

Éléments clés à considérer

Le saviez-vous?L’apport volontaire peut compléter votre collecte en porte à porte et faciliter la récupération des matières organiques, tout en étant moins cher et moins nocif pour l’environnement. 
Certaines municipalités, comme la MRC de Kamouraska, ont démontré qu’un lieu de dépôt central jumelé à plusieurs petits points de service répartis sur le territoire permet d’augmenter la participation et de limiter les frais de gestion.

Plusieurs éléments sont à considérer dans le choix de l’option de collecte par apport volontaire.

Voici quelques éléments à prendre en considération :

  • Elle ne convient pas aux résidus alimentaires putrescibles, puisqu’ils dégagent des odeurs et attirent la vermine ou les insectes lorsqu’ils sont entreposés un certain temps.
  • Les lieux de dépôt doivent être en nombre suffisant et bien répartis sur le territoire pour favoriser la participation des citoyens.
  • Elle nécessite pour le citoyen un effort plus élevé que la collecte à domicile, ce qui tend à limiter la participation et exige de ce fait une bonne sensibilisation de la part de la municipalité.

La collecte en porte à porte

Trucs et conseilsLorsque vous ajoutez une 3e voie de collecte, ça demande un changement dans les habitudes de vos citoyens et des efforts additionnels pour le tri des matières. C’est pourquoi, durant les premiers mois, certains citoyens exprimeront des appréhensions et de la résistance au changement.

Patience! Les nouvelles habitudes seront intégrées, et les résidents sensibles à l’importance du recyclage deviendront les ambassadeurs de votre nouveau service et créeront l’effet d’entraînement nécessaire à la pérennité de la participation citoyenne.

La collecte en porte à porte peut être un moyen efficace d’atteindre un objectif de 60 % de participation de la part de vos citoyens. Lorsqu’elle est utilisée en combinaison avec des mesures de recyclage sur place, comme l’herbicyclage et le compostage domestique, la collecte en bordure de rue des matières organiques permet de restreindre au strict minimum la fréquence de collecte des déchets.

La collecte de tout type de déchet est facilitée, puisque plus de 90 % des habitations sont généralement agglomérées le long des artères principales et secondaires, en milieu rural comme urbain.

Diminuer la fréquence de collecte des déchets incite les citoyens à réduire leur consommation, à favoriser le réemploi et à participer aux programmes de récupération en place.

Déterminer le type de collecte en porte à porte

Comme la collecte en porte à porte est l’option la plus coûteuse pour les municipalités, il importe de choisir les modalités de collecte optimales pour inciter à la récupération, tout en limitant les coûts. 2 options s’offrent aux municipalités, l’ajout d’une 3e voie de collecte ou la cocollecte.

Collecte à 3 voies

Il est avantageux sur le plan environnemental de coordonner la collecte en porte à porte des matières organiques avec la collecte déjà existante des déchets. Dans plusieurs cas, cela signifie d’alterner la collecte des matières organiques avec la collecte des déchets et des matières recyclables, en toutes saisons (voir schéma 1).

Cocollecte des matières résiduelles

Une autre option, moins fréquente mais avantageuse, consiste à jumeler les deux collectes pour réaliser ce que l’on nomme la « cocollecte des matières résiduelles » à l’aide d’un camion à compartiments (voir schéma 2). Les expériences québécoises et canadiennes démontrent que, tant dans les agglomérations urbaines qu’en région rurale, l’objectif de récupération est généralement atteint dès la fin de la première année.

Agrandir Schéma 1 -- Collecte à 3 voies
Schéma 1 -- Collecte à 3 voies

Représentation des 3 camions de collecte, qui effectuent la collecte des déchets, des matières recyclables et des matières organiques de façon indépendante. Les matières recyclables et les déchets sont collectés 26 fois par année, et les matières organiques, 42 fois par année. Chaque camion de collecte se rend au centre correspondant, soit le centre de tri, de compostage ou d’élimination. Crédit : Solinov, 2007

 

Agrandir Schéma 2 -- Collecte à 3 voies (cocollecte des matières résiduelles)
Schéma 2 -- Collecte à 3 voies (cocollecte des matières résiduelles)

Visuel exprimant les passages d’un camion de collecte à deux compartiments et leurs destinations selon la nature des matières résiduelles, incluant les résidus verts, comme les feuilles et les branches à l’automne. Crédit : Solinov, 2007

Les paramètres déterminants pour faire un choix entre une 3e voie de collecte et la cocollecte sont les suivants :

  • La fréquence de collecte des matières organiques par rapport à la fréquence de collecte des déchets est avantageuse, puisque le transfert des matières organiques vers cette nouvelle collecte réduit le besoin pour la collecte de déchets
  • Le contenant de collecte peut encourager, mais aussi contraindre la participation, tout comme il peut être problématique pour le traitement s’il s’agit de sacs de plastique
  • Les matières organiques acceptées et refusées influencent la capacité de réduire le nombre de collectes de déchets (ex. : les couches jetables)
  • Une liste des matières acceptées plus permissive donne un meilleur taux de rendement en termes de tonnage, et une liste trop permissive contribue à un taux de contamination plus élevé
  • La stratégie, les moyens de communication et de sensibilisation, et les ressources humaines pour communiquer et agir efficacement sur le terrain aident à créer un effet d’entraînement et à susciter la fierté communautaire

Fréquences de collecte recommandées pour l’ajout d’une 3e voie

Résidus alimentaires et résidus verts ensemble

Le saviez-vous?Plusieurs municipalités du Québec ont déjà bien réussi à intégrer la 3e voie. En voici 3 exemples :  
- Régie intermunicipale de Coaticook
- MRC d’Acton et les Maskoutains
- MRC d’Arthabaska

Ce type de collecte est principalement adapté à un site de compostage ouvert. Une analyse des variations mensuelles des pesées de déchets permet d’évaluer la quantité et la distribution des surplus saisonniers. Le nombre de collectes est à optimiser après l’analyse de ces données.

Par exemple, il est possible de retirer des collectes destinées aux résidus verts, puisque ceux-ci sont acceptés dans la 3e voie de collecte.

Déchets et matières recyclables

Il s’agit de collecter en alternance les déchets une semaine, puis les matières recyclables la semaine suivante. L’idéal est de réduire la fréquence de collecte des déchets à 1 fois par mois en hiver, soit 26 collectes par année ou moins.

Choix du contenant de collecte

Le choix du contenant est un facteur déterminant pour stimuler ou décourager la participation des résidents à la récupération des matières organiques. Le choix doit être fait en considérant l’ensemble des paramètres de la collecte et du traitement.

Vous devez prendre en considération le type de matières collectées (ex. : résidus verts et alimentaires combinés ou résidus alimentaires seulement), la densité de population, les équipements potentiels et les contraintes de circulation des camions de collecte.

Voici les 2 options qui s’offrent à vous pour la collecte :

  • Sacs de plastique refusés : récupérer les matières en vrac ou dans des sacs de papier pour faciliter le traitement
  • Sacs de plastique certifiés compostables autorisés

Collecte des bacs manuelle ou mécanique

On distingue les petits bacs d’environ 45 L, collectés manuellement, des bacs roulants de 80 L à 360 L, collectés mécaniquement. Un contenant de plus faible volume, soit entre 80 L et 240 L, est souvent approprié, et il est toujours possible de distribuer un 2e bac aux citoyens qui en font la demande.

Le bac roulant est plus complexe à organiser et plus coûteux, mais il est idéal pour satisfaire les besoins variables des citoyens.

Quel format de bac choisir?

Trucs et conseilsConsidérez la possibilité d’utiliser 2 bacs différents, mais pensez que cela nécessite une sensibilisation des citoyens pour éviter les échanges d’un bac à l’autre, surtout lorsque le mode de collecte ne le permet pas (manuel versus mécanisé). Il faut donc être prévoyant afin de répondre aux inconvénients engendrés sur le terrain. Voici des exemples de municipalités qui ont chacune opté pour 2 tailles de bacs :
- Ville de Hamilton (Ontario) : 135 000 bacs de 120 L et 15 000 bacs de 45 L
- Ville de Kingston (Ontario) : 40 000 bacs roulants de 80 L et 500 bacs de 45 L pour desservir le centre-ville

Les données provenant d’une vingtaine de municipalités québécoises et ontariennes qui font l’utilisation de bacs variant entre 45 L et 360 L démontrent que, généralement, le taux de participation, le rendement et le niveau de contamination des matières récupérées ne sont pas directement influencés par le volume du bac.

L’impact sur ces paramètres serait plutôt lié à un ensemble de facteurs tels que :

  • La fréquence des collectes
  • Les matières acceptées
  • L’utilisation de sacs
  • La géographie
  • Le plan de communication
  • Les mesures de gestion des infractions
  • Le contexte socio-économique

Le petit bac de 40 L à 50 L

Ce petit bac est surtout utilisé dans les agglomérations urbaines denses où se trouve une plus grande quantité d’habitations multilogements, où l’espace est restreint et où la collecte en porte à porte doit se faire manuellement. Les petits bacs sont particulièrement bien adaptés à une stratégie de cocollecte avec camions à compartiments, jumelée à une collecte séparée (camions ordinaires) pour les résidus verts saisonniers.

Le bac roulant de 80 L à 360 L

Mieux adapté en région moins dense où dominent les habitations unifamiliales, ce bac permet la collecte en vrac de l’ensemble des matières organiques, sauf les surplus saisonniers de résidus verts générés au printemps et à l’automne.

Type de collecte

  disponible en 45 L disponible en  80 L disponible en 120 L disponible en  240 L disponible en  360 L
Collecte manuelle Disponible en 45 L : Oui Disponible en 80 L Non Disponible en 120 L Non Disponible en 240 L Non Disponible en 360 L Non
Collecte semi-mécanisée Disponible en 45 L Non Disponible en 80 L : Oui Disponible en 120 L : Oui Disponible en 240 L Non Disponible en 360 L Non
Collecte automatisée Disponible en 45 L Non Disponible en 80 L : Oui Disponible en 120 L : Oui Disponible en 240 L : Oui Disponible en 360 L : Oui
Pas de collecte des résidus verts durant l’été Disponible en 45 L : Oui Disponible en 80 L Non Disponible en 120 L Non Disponible en 240 L Non Disponible en 360 L Non

Type de traitement

  disponible en  45 L disponible en  80 L disponible en  120 L disponible en  240 L disponible en  360 L
Compostage sur aire ouverte
(résidus alimentaires sans sacs de plastique)
Disponible en 45 L : Oui Disponible en 80 L : Oui Disponible en 120 L : Oui Disponible en 240 L : Oui Disponible en 360 L : Oui
Compostage en système fermé Disponible en 45 L : Oui Disponible en 80 L : Oui Disponible en 120 L : Oui Disponible en 240 L : Oui Disponible en 360 L : Non
Digestion anaérobie (surtout applicable aux RA) Disponible en 45 L : Oui Disponible en 80 L : Oui Disponible en 120 L : Oui Disponible en 240 L : Non Disponible en 360 L : Non

Citoyen

  disponible en 45 L disponible en  80 L disponible en  120 L disponible en  240 L disponible en  360 L
Moins d’espace requis pour l’entreposage Application pour 45 L : Oui Application pour 80 L : Oui Application pour 120 L Non Application pour 240 L Non Application pour 360 L Non
Barrure du couvercle (optionnelle) Application pour 45 L : Oui Application pour 80 L : Oui Application pour 120 L : Oui Application pour 240 L : Oui Application pour 360 L : Oui
Diminution de la fréquence des collectes en hiver Application pour 45 L Non Application pour 80 L : Oui Application pour 120 L : Oui Application pour 240 L : Oui Application pour 360 L : Oui
Stabilité face aux intempéries Application pour 45 L Non Application pour 80 L Non Application pour 120 L : Oui Application pour 240 L : Oui Application pour 360 L : Oui
Manipulation facile – hauteur et roues Application pour 45 L Non Application pour 80 L : Oui Application pour 120 L : Oui Application pour 240 L Non Application pour 360 L Non
Manipulation facile – immeubles à étages Application pour 45 L : Oui Application pour 80 L Non Application pour 120 L Non Application pour 240 L Non Application pour 360 L Non
Capacité à contenir des résidus verts Application pour 45 L Non Application pour 80 L : Oui Application pour 120 L : Oui Application pour 240 L : Oui Application pour 360 L : Oui

Autres éléments de planification pour la collecte

Le saviez-vous?Choisissez les sacs et produits compostables certifiés par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ). 
Les sacs et emballages de plastique peuvent être identifiés comme biodégradables sans nécessairement être compostables. Pour qu’ils soient compostables, ils doivent se biodégrader à un rythme comparable à celui des autres matières organiques (feuilles, résidus alimentaires, etc.), sans générer de résidus qui peuvent affecter la qualité du compost. Recherchez la marque de certification BNQ. 

Voici un aide-mémoire d’éléments à considérer pour planifier la collecte des matières organiques dans votre municipalité :

  • Les exigences de la collecte en fonction du lieu de traitement
  • La distance de transport
  • La technologie utilisée
  • Les matières acceptées ou refusées
  • Le coût de traitement des matières reçues en vrac versus en sacs
  • L’aménagement urbain facilitant ou non la réduction de la fréquence de collecte des déchets et la création d’écocentres
  • Les ressources en place pour mettre en œuvre le programme de communication et de sensibilisation
  • La possibilité de mesures transitoires facilitant le changement à court terme, comme un délai d’adaptation pour la réduction de la fréquence des collectes
  • Autres éléments de contexte propres à la communauté, tels le type d’unités d’occupation desservies et les services complémentaires de dépôts volontaires, pour les feuilles et les branches, par exemple

Stratégies pour optimiser à long terme le taux de récupération

Vous trouverez ici quelques trucs pour favoriser le taux de participation à la récupération des matières organiques :

  • Limitez le volume de déchets permis (bac, nombre de sacs)
  • Tarifez les déchets au volume, par exemple par la vente de sacs, d’attaches ou d’autocollants pour l’ensemble des déchets ou pour les déchets en surplus du volume permis
  • Interdisez de jeter les matières organiques aux ordures (ex. : règlementation obligeant l’herbicyclage) et jumelez cet interdit avec des outils de sensibilisation
  • Mettez en place des activités récurrentes de sensibilisation et d’éducation, comme les patrouilles vertes, les journées portes ouvertes, la distribution d’échantillons de compost, etc.

Pour limiter la prolifération d’insectes et éliminer les odeurs du bac brun :

  • Nettoyez le bac à l’eau, ajoutez quelques bouchons d’eau de Javel ou saupoudrez un peu de chaux ou de bicarbonate de soude
  • Mettez un sac ou des feuilles au fond du bac, surtout en hiver, pour éviter le gel du contenu
  • Évitez de placer le bac au soleil en été et gardez le couvercle fermé en tout temps
  • Enveloppez les restes de viande et de poisson dans un papier journal ou dans un sac de papier brun avant de les déposer dans le bac, pour éviter la prolifération de vers blancs
  • Congelez les restes de table jusqu’au moment de la collecte
  • Aspergez les vers de sel ou de vinaigre pour les tuer