Aide aux centres de tri et aux recycleurs : Québec accorde 500 000 $ à Plastimum pour qu’elle augmente l’offre de conditionnement des plastiques

18 juillet 2018

Sherbrooke, le 18 juillet 2018. – Une entreprise sherbrookoise de traitement des plastiques mélangés et des sacs et pellicules, Plastimum, recevra une subvention de 500 000 $ pour installer une nouvelle ligne complète de conditionnement des plastiques pouvant traiter jusqu’à 4 000 tonnes de matières supplémentaires par année. Ce faisant, elle augmentera substantiellement l’offre de conditionnement des plastiques au Québec.

L’annonce en a été faite, aujourd’hui, à Sherbrooke, par la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Mme Isabelle Melançon, en compagnie du ministre de la Famille, ministre responsable de la région de l’Estrie et député de Sherbrooke, M. Luc Fortin, et de la présidente de Plastimum, Mme Manon Tremblay.

Le projet de modernisation de Plastimum a été retenu par RECYC-QUÉBEC à la suite de l’appel de propositions qu’elle avait lancé en janvier 2018 dans le but d’améliorer la qualité des matières, de favoriser un arrimage entre les matières produites par les centres de tri de collecte sélective et les conditionneurs ou recycleurs, et d’augmenter l’offre de conditionnement ou de recyclage des matières qui trouvent difficilement preneurs.

Dans le cadre de cet appel de propositions, le gouvernement du Québec a accordé un soutien financier total de 3,45 M$ à sept projets qui généreront des investissements totaux de 16,2 M$.

Citations :

« Dans notre société moderne, où la pollution par le plastique est malheureusement préoccupante, je suis heureuse de compter sur une entreprise québécoise telle que Plastimum. Cette entreprise innovante est en mesure de valoriser, ici, la matière récupérée sur notre territoire, tout en créant des emplois et en générant des retombées économiques, ici même, au Québec. La contribution gouvernementale a produit un effet de levier considérable grâce à un co-investissement du gouvernement et du promoteur qui permettra de mettre en œuvre un projet concret de conditionnement local et qui fera rapidement une différence pour l’avènement de cette société verte et sobre en carbone que nous voulons léguer aux générations futures. »

Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

« Depuis sept ans déjà, Plastimum a montré qu’elle savait traiter le plastique pour le revendre à des entreprises locales, et ce, grâce à ses méthodes avant-gardistes. La subvention gouvernementale accordée aujourd’hui vient lui donner le coup de pouce dont elle avait besoin pour aller encore plus loin. Grâce à ces nouveaux investissements et à son sens de l’innovation, elle pourra continuer de participer au dynamisme de l’Estrie et à la nouvelle économie verte, et je l’en félicite. »

Luc Fortin, député de Sherbrooke, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Estrie

« Le soutien au projet de Plastimum démontre clairement la volonté du Québec de diminuer sa vulnérabilité aux marchés d’exportation en augmentant ses capacités de conditionnement. Quant à Plastimum elle-même, elle envoie un message clair quant à sa volonté de faire partie de la solution en investissant conjointement avec le gouvernement du Québec dans la modernisation de ses installations et procédés. »

Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC

« Au cours des dernières années, Plastimum a développé une expertise poussée en matière de conditionnement du plastique, et ce, grâce à ses fournisseurs d’équipements et à l’aide gouvernementale. Nous achetons majoritairement nos plastiques du Québec, et les produits finis sont tous vendus dans la province. Cela permet donc une excellente traçabilité de la matière et contribue à l’économie circulaire. »

Manon Tremblay, présidente de Plastimum

Faits saillants :

  • En janvier dernier, RECYC-QUÉBEC lançait un appel de propositions doté d'une enveloppe budgétaire initiale de 3 M$, dont l'objectif était de soutenir des projets porteurs permettant l'amélioration de la qualité des matières dans les centres de tri et chez les recycleurs.
  • Depuis, cette somme a été bonifiée d’un montant de 450 000 $ pour permettre de soutenir un plus grand nombre de projets. Au total, 24 projets ont été reçus, dont 22 ont été jugés conformes et ont été analysés.
  • Le gouvernement du Québec, par l’entremise de RECYC-QUÉBEC, a investi plus de 25 M$ au cours des dix dernières années dans les centres de tri et les autres entreprises qui traitent de la matière au Québec.
  • Le Québec récupère annuellement plus de un million de tonnes de matières, dont 707 000 tonnes de fibres et 46 000 tonnes de plastique. De cette quantité, 80 % est vendue aux fins de recyclage et 10 % est valorisée autrement.
  • La performance du Québec en matière de collecte sélective en fait un leader à l’échelle canadienne et lui permet de bien tirer son épingle du jeu face à la crise mondiale du recyclage :
    • Le Québec recycle 81 kg/hab. à un coût de 215 $ la tonne;
    • L’Ontario recycle 65 kg/hab. à un coût de 309 $ la tonne;
    • La Colombie-Britannique recycle 41 kg/hab. à un coût de 398 $ la tonne;
    • Le Manitoba recycle 68 kg/hab. à un coût de 297 $ la tonne.
  • Il est important de rappeler que les coûts de la collecte sélective représentent un montant annuel de l’ordre de 150 M$. De cette somme, 140 M$ sont compensés par les entreprises qui mettent en marché certaines matières admissibles à cette compensation, soit des contenants, emballages, imprimés ou journaux, et sont inévitablement assumés par les clients de ces entreprises. Il est donc de la responsabilité collective de tous les intervenants de travailler à ce que ces sommes servent à la bonne gestion du système de recyclage québécois.
  • Société d'État créée en 1990, RECYC-QUÉBEC est soucieuse de faire du Québec un modèle de gestion novatrice et durable des matières résiduelles pour créer une société sans gaspillage. Elle a pour objectif de promouvoir, de développer et de favoriser la réduction, le réemploi, la récupération et le recyclage de contenants, d'emballages, de matières ou de produits ainsi que leur valorisation dans une perspective de conservation des ressources.

- 30 -

Sources :

Julien Marcotte
Attaché de presse
Cabinet de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521‑3911

Anne Simard
Attachée politique aux communications
Bureau du député de Sherbrooke et ministre responsable de la région de l’Estrie
Tél. : 819 434-3025

Relations médias
RECYC-QUÉBEC
Tél. : 514 351-7838 

Information :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991